• Après les élections de 2017

    Après les élections de 2017, un besoin de prendre en main notre avenir

     Nous n'avons pas eu de réponse démocratique, aux attentes des électeurs et, le  besoin de changements significatifs risque fort d'être exploité de façon démagogique. Les sentiments de défiance des populations à l'égard des institutions politiques rendent  nécessaires la construction d'alternatives démocratiques pour penser et agir en politique de façon plus collective et plus responsable. 

    Les élections de 2017

    Il ne s'agit pas de s'apitoyer sur le contexte actuel mais de tirer les conclusions de nos approches de la politique. Certes les mesures qui sont actuellement prises par le gouvernement servent plus particulièrement les couches sociales les plus fortunées, certes elles visent à mettre les travailleurs de notre pays en concurrence avec ceux d'autres régions du globe. Mais, il nous faut d'autres exigences que celles à l'encontre de ceux qui gouvernent actuellement.

    D'abord nous voulons des élus qui représentent toutes les catégories sociales de la population. La société civile n'est pas constitué que d'employeurs, d'avocats ou d'autres personnes des couches supérieures ou moyenne. Ensuite c'est l'ensemble des conditions d'exercice des mandats nationaux qui méritent d'être revus.

    De même doivent être repensés l'ensemble des rapports entre la classe politique et les les différents acteurs (associations, syndicats) du  mouvement social afin que les pouvoirs économique et financier ne puissent faire supporter leurs appétits démesurés aux populations.

    Difficile de penser que nos élus au sein de leurs partis, au service de leaders plus que de collectifs, y parviennent à ce résultat. Il est donc urgent que les différents acteurs du mouvement social s'attèlent à ce problème et se fassent entendre sur des des objectifs prioritaires.