• Cette réforme est préoccupante

    Certes nous avions besoin de véritables réformes en faveur de l'emploi, notamment des mesures d'homogénéisation des normes fiscales, sociales et environnementales au sein de l'Union Européenne afin d'éviter des pratiques de concurrence déloyales des divers pays membres. Sans doute faut-il aussi penser au partage du travail via la réduction de sa durée hebdomadaire. Ou encore de penser à d'autres rapports sociaux dans les PME-TPE.

    Mais, la réforme actuelle du gouvernement se préoccupe plutôt de mesures susceptibles d'engendrer un accroissement des richesses des multinationales et de quelques PME qui ne peuvent que provoquer une augmentation de la précarité comme c'est le cas en Allemagne qui a un taux de pauvreté de 17% contre 14% en France.

    Ce qui est également préoccupant c'est l'absence d'unité des syndicats de salariés pour s'opposer à ces mesures gouvernementales, une absence d'unité souvent incomprise et qui ne peut que nourrir un sentiment de défiance de nombre de salariés.