• l'unité syndicale, des mots pour le dire, une politique pour la faire

     

      

     

    Mes opinions sur cette question après la diffusion de mon premier  livre

    Le souhait de l'unité est exprimé par nombre de syndicats. Reste à s'entendre sur les obstacles à cette unité   

    Après leurs divergences sur la loi El Khomri n'est-ce pas utopique de penser que la CGT et la CFDT devraient s'accorder entre elles ?

    Non, ce qui est utopique c'est plutôt de penser que le réformisme peut, tout seul, sans la contestation obtenir des résultats significatifs dans le contexte actuel, et inversement. Schématiquement, la CGT et la CFDT ont besoin l'un de l'autre. S'ils ne sont pas aujourd'hui capables de fraterniser parce qu'ils ont des conceptions différentes comment pourront-ils le faire avec des salariés non organisés qui ont parfois des conceptions bien plus éloignées des leurs. Enfin et surtout, nous sommes arrivés à un tel stade de dégradation sociale et environnementale que la réforme et la contestation à elles seules ne suffisent plus. Les réformes ont la double caractéristique d'être nécessaires et en même temps de constituer des adaptations à la politique néolibérale, quant à la contestation elle allie également la remise en cause de ce système avec une certaine volonté que rien ne bouge dans ce même système, notamment la législation actuelle qui est néfaste pour la population souffrant le plus de la précarité. Réforme et contestation ont donc besoin de se rejoindre pour mettre en place de véritables alternatives.