• promouvoir la justice climatique et la souveraineté alimentaire

    Proposition N° 11: Financer la transition énergétique et sortir des énergies fossiles celles de la production et de la consommation de charbon en France d’ici 2020.
        Assurer le passage du nucléaire aux énergies renouvelables et permettre le développement de la sobriété et des énergies alternatives ce qui nécessite dès maintenant la construction de ces nouveaux moyens d’énergie ainsi que de travaux d’isolation dans l’habitat.
        De même afin de respecter nos engagement pris lors de la COP 21 de décembre 2015- permettant de ne pas dépasser une augmentation de la température de plus de 2 °C- nous devons nous passer des énergies fossiles.


    Proposition N° 12 : Supprimer tout soutien public aux agrocarburants industriels et encadrer le développement des agrocarburants de 2ème et 3ème générations.


    Proposition N° 13 : Atteindre l’équilibre entre le financement de l’adaptation au changement climatique et de son atténuation d’ici 2022 par des financements climat dans les pays en développement.


    Proposition N° 14 : S’assurer que les financements publics ou privés de luttes contre les dérèglements climatiques n’alimentent pas des politiques d’accaparement des terres.
        Le financement des agro-carburants -injustement appelés bio-carburants- a parfois servi à des déforestations et à l’accaparement de terre dans les pays du Sud. Il a aussi dans notre pays été dans le sens de privilégier les grandes exploitations capables de produire de l’éthanol sensé constituer le remède contre la production de CO2.


     Proposition N° 15 : Soutenir l’agro-écologie paysanne permettant un respect de l’environnement, des revenus des producteurs, leur capacité à produire suffisamment dans le respect de la santé des consommateurs. 
        En prenant en compte dumping social et l’impact environnemental des produits importés et exportés et en renégociant nos conditions d’importation (voir proposition n° 6 ) et en réglementant les pratiques abusives des centrales d’achat.
        En revoyant nos critères de financement de la Politique Agricole Commune (la PAC) notamment en favorisant les circuits courts de producteurs qui ne font plus usage de pesticides…et  en renforçant les politiques publiques sur le foncier, notamment en  modifiant les missions des SAFER et en favorisant initiatives du type de celles de Terre de Liens, afin d’obtenir une approche foncière évitant que la terre soit accaparée au service de l’agrobusiness.
          Plus généralement prendre des mesures en faveur d'une agriculture paysanne et d'une pêche artisanale respectueuses de l'emploi et de notre environnement tant en France qu’au travers des échanges que nous avons avec les pays du Sud où nous devons refuser par exemple les accords de libre échange tels que les APE ( accords de partenariat économiques) qui ne font que s’opposer à ce type d’agriculture dans ces pays.
        Prise en compte par les pouvoirs publics d’une culture de l’alimentation respectueuse de la santé et de l’environnement, notamment de la nécessité de porter attention à la qualité des fruits et légumes, aux quantités de sucre, de viande ou poissons consommés qui peuvent dans bien des cas  être plus raisonnables...